skip to Main Content

Un poème bien écrit par Julos Beaucarne extrait de Alzheimer et spiritualité, éd. Fides.

Les naufragés de l’Alzheimer

J’aime ces gens étranges

Aux trous dans la mémoire

Des trous remplis de plaies

Présentes ou bien passées

Vérités toutes crues

Remontant en marée

Quand les masques ont fondu

Que la farce est jouée

J’aime ces gens étranges

À la mémoire trouée

Qui échangent des bribes

De leurs vies effacées

Voyageurs sans papiers

Sans qualification

Ils sont ce que nous sommes

Et nous leur ressemblons

J’aime ces gens étranges

Qui repèrent la fausseté

Des gestes et des paroles

Réclament l’amour vrai

Carburent à la tendresse

Négligent tout le reste

Ils sont vérité nue

Ils aiment ou ils détestent

J’aime ces gens étranges

Qui ont le mal d’enfance

Comme le mal du pays

Qu’ils chercheraient en silence

Derrière l’apparence

De leur mémoire perdue

Leurs corps parlent une langue

Que nous n’entendons plus

 

Julos Beaucarne

Extrait d’un poème de Alzheimer et spiritualité, éd. Fides.

 

 

 

Back To Top